Validation des Acquis de l'Expérience (VAE)

 
 

Pour les Titres d’ESA3

L’ensemble des titres proposés par ESA3, une école de Talis Education Group sont accessibles par la voie de la VAE :

– « Chef(fe) de projets marketing et communication », titre de niveau II, code NSF 312n, enregistré au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles), arrêté du 16 avril 2014, J.O. du 3 juillet 2014. – « Responsable de centre de profit et de Business Unit », titre de niveau II, code NSF 310m, enregistré au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles), arrêté du 22 janvier 2013, J.O. du 05 mars 2013.

– « Manager de la stratégie et de la politique commerciale », titre de niveau I, code NSF 312, enregistré au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles), arrêté du 22 décembre 2014, J.O. du 31 décembre 2014.

Titre de niveau II « Chef(fe) de projets marketing et communication », code NSF 312n,  enregistré au RNCP, arrêté du 16 avril 2014, J.O. du 3 juillet 2014

Le/la Chef(fe) de projets marketing et communication est un(e) professionnel(le) qui a pour mission de développer une stratégie de marketing opérationnel et de communication qui s’inscrit dans la stratégie globale de l’entreprise pour favoriser le développement de son chiffre d’affaires et la pénétration sur ses marchés. Il/elle assure la concrétisation sur le terrain des décisions d’orientation prises au niveau du marketing stratégique, en prenant notamment en charge les actions promotionnelles, publicitaires et de marketing relationnel. Placé(e) sous la direction d’un(e) directeur(rice) marketing, d’un(e) directeur(rice) commercial(e) ou d’un(e) directeur(rice) conseil, il/elle assure la responsabilité opérationnelle des projets qu’il(elle) conduit, depuis l’étape d’analyse du marché et des besoins clients jusqu’au pilotage de la mise en œuvre des actions, et leur évaluation. Qu’il(elle) travaille au sein d’une entreprise ou dans une agence, l’action du/de la chef(fe) de projets va porter sur le choix des meilleures actions et canaux à privilégier et de la meilleure stratégie de communication et de promotion à mettre en œuvre, afin de contribuer au développement ou à la valorisation d’une marque, d’un produit, ou d’un service.

Titre de niveau II « Responsable de centre de profit et de Business Unit », code NSF 310m, enregistré au RNCP,  arrêté du 22 janvier 2013, J.O. du 05 mars 2013

Le/la Responsable de centre de profit et de Business Unit assure la responsabilité économique et commerciale d’une unité qu’il/elle dirige, celle-ci pouvant s’inscrire dans le secteur marchand, celui de la production ou de la prestation de services. Cette unité peut être rattachée à une entreprise implantée à un niveau régional ou national, être une filiale d’un groupe, une agence, une franchise ou toute autre structure gérée de façon indépendante. L’objectif commun à tous les responsables, quelles que soient la taille et la vocation de leur structure, est généralement de contribuer au développement de son chiffre d’affaires et de sa profitabilité. Le/la Responsable de centre de profit et de Business Unit supervise l’ensemble des activités, intervenant à la fois sur les aspects commerciaux, opérationnels, financiers, juridiques, règlementaires et sur la gestion des ressources humaines. Ne pouvant être expert/e sur ces différents domaines, il/elle s’entoure de professionnels, internes ou externes, qu’il/elle mobilise en fonction des compétences dont il/elle a besoin : comptable, responsable marketing et/ou communication, juriste, avocat, experts…

Titre de niveau I « Manager de la stratégie et de la performance commerciale », code NSF 312, enregistré au RNCP, arrêté du 26 mai 2016, J.O. du 07 juin 2016

Le/la Manager de la stratégie et de la politique commerciale contribue au développement de son entreprise, grâce, notamment, à la stratégie commerciale qu’il/elle sait concevoir et déployer afin d’offrir des produits ou des services de masses, ciblés ou spécifiques.  Responsable d’un marché, d’un segment de marché, ou d’un produit, il/elle en élabore la stratégie commerciale incluant le marketing opérationnel en veillant à sa cohérence avec la politique générale de l’entreprise, ses orientations et les données résultant d’études de terrain. Evoluant désormais dans un environnement multicanal, il/elle doit également prendre en compte les évolutions apportées par Internet et le numérique, dans sa stratégie d’approche de toute la chaîne client, depuis la vente/distribution, jusqu’à la relation client et le service après-vente, en passant par la communication sur la marque et sa réputation. Les choix qu’il/elle effectue, se traduisent dans un plan stratégique qui lui permet, de même qu’à ses équipes, de se projeter à court et moyen terme.  

Pour les titres d’ISGP

L’ensemble des titres proposés par ISGP-FACLIP, une école de Talis Education Group, sont accessibles par la voie de la VAE :

– « Chargé(e) de la gestion des Ressources Humaines », titre de niveau II, code NSF 315t, enregistré au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles), arrêté du 19 avril 2011, J.O. du 12 mai 2011.

– « Manager de l’organisation des Ressources Humaines et des relations sociales », titre de niveau I, code NSF 315n, enregistré au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles), arrêté du 22 janvier 2013, J.O. du 5 mars 2013.

Titre de niveau II  « Chargé(e) de la gestion des Ressources Humaines »,  code NSF 315t, enregistré au RNCP, arrêté du 19 avril 2011, J.O. du 12 mai 2011

Le/la Chargé/e de la gestion des Ressources Humaines a la responsabilité de tout ou partie de la mise en œuvre opérationnelle des projets et actions relevant de la gestion du personnel : administration générale du personnel et gestion de la paie, recrutement, formation professionnelle, relations avec les institutions représentatives du personnel et communication interne. En matière de gestion du personnel, la partie administrative de ses attributions est importante, mais il/elle peut être amené/e à travailler sur des projets transverses et stratégiques selon la politique définie au sein de l’entreprise. Dans ce cadre, il/elle peut contribuer à la réalisation d’études spécifiques qui permettront d’alimenter la stratégie de management des ressources humaines, de définir les modalités de gestion des carrières, de mettre en œuvre un plan social où il/elle peut avoir la responsabilité de la conduite d’un projet lié au développement de l’organisation et des compétences en interne. Il/elle assiste et conseille les responsables opérationnels sur les procédures de gestion des Ressources Humaines aux étapes clefs liées au recrutement, à la formation, à la mobilité ou à la promotion d’un salarié, ou une fin de contrat. Participant au maintien ou à l’amélioration du climat social, il/elle assure un suivi régulier avec les partenaires sociaux (syndicats, comités d’entreprise, délégués du personnel) et prépare les dossiers liés aux négociations à mener. Il/elle veille à l’actualisation des données et au respect des obligations légales et réglementaires en matière d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail, afin de préserver la santé et le bien être des salariés au travail.

Titre de niveau I « Manager de l’organisation des Ressources Humaines et des relations sociales », code NSF 315n, enregistré au RNCP, arrêté du 22 janvier 2013, J.O. du 5 mars 2013

Rattaché/e à la Direction générale de l’entreprise, le/la Manager de l’organisation des Ressources Humaines et des relations sociales conseille et accompagne la Direction dans ses orientations stratégiques en matière de gestion du capital humain, et a la responsabilité des missions d’organisation, d’administration, de développement du potentiel humain et de gestion des relations sociales. Pour certains dossiers stratégiques, Il/elle est associé/e à leur gestion, tels ceux liés aux fusions/ acquisitions qui peuvent affecter le climat social et avoir des impacts forts en termes de restructuration, de gestion de l’emploi, voire donner lieu à la mise en place d’un plan social. Selon les entreprises ou les collectivités, le/la Manager de l’organisation des Ressources Humaines et des relations sociales peut exercer tout ou partie des domaines d’activés suivants : élaboration de la stratégie de gestion des Ressources Humaines de l’entreprise, pilotage des projets Ressources Humaines, conseil auprès des directions opérationnelles, gestion des emplois, développement des compétences et plan de formation, coordination et contrôle de la gestion sociale et administrative du personnel, management des relations sociales de l’entreprise et management d’équipe  

Procédure pour entrer dans un dispositif de VAE

Les conditions spécifiques de recevabilité de la demande : avoir 3 années d’expériences professionnelles salariées ou non dans une ou plusieurs fonctions en rapport avec le titre présenté. Les compétences professionnelles prises en compte sont celles acquises au travers d’activités salariées, non salariées et bénévoles en rapport direct avec celui-ci. 4 étapes :

1/ Entretien conseil personnalisé auprès de notre Département VAE Cet entretien aide le candidat au positionnement et à la prise de décision. Il offre une information sur les parcours, les titres et diplômes, l’adéquation entre les niveaux et contenus du titre, le niveau et le contenu de l’expérience, la procédure, les délais, la validation…

2/ Dossier de recevabilité de la demande (livret n°1) Il est demandé à tout candidat s’inscrivant dans une démarche de VAE, de remplir un premier dossier, afin que soit examinée la recevabilité de sa candidature. Ce dossier est constitué notamment des pièces suivantes : déclaration sur l’honneur, diplômes, titres, parcours de formation, emplois et activités, salariés, non-salariés et bénévoles, justificatifs d’activités, informations complémentaires que le candidat juge utiles de porter à la connaissance du jury. A l’issue de l’étude de ce premier dossier, un courrier est envoyé au candidat pour lui spécifier si sa demande est acceptée.

o Livret n°1 pour une demande concernant un titre ESA3 téléchargeable ici (Gratuit)
o Livret n°1 pour une demande concernant un titre ISGP téléchargeable ici (Gratuit)

3/ Dossier de validation (livret n°2) A l’issue de son admissibilité, le candidat doit constituer un dossier qui lui permet de décrire ses emplois ou expériences en rapport avec le titre présenté. Ce dossier est constitué notamment des documents suivants : déclaration sur l’honneur, fiche descriptive du parcours professionnel, fiche descriptive pour chacune des différentes organisations (structures, entreprises…) dans lesquelles ont été exercés des emplois et des activités en lien avec le titre, fiche descriptive pour chacun des emplois occupés en lien entrant dans le champ de la certification, fiche descriptive pour chacune des activités exercées en rapport étroit avec le référentiel d’activités et de certification, annexes ayant valeur d’illustrations et de preuves pour étayer les fiches précédentes. Les candidats qui le souhaitent peuvent bénéficier d’un accompagnement méthodologique pour élaborer leur dossier de Validation des Acquis de l’Expérience. Cet accompagnement est facultatif mais fortement conseillé ; il s’agit d’amener le candidat à une réflexion approfondie  autour de son activité professionnelle, la mise à plat et l’analyse de ses expériences, compétences, aptitudes, qualités… afin de rédiger ce livret n°2 et de le préparer à son passage devant le jury de VAE.

4/ Jury de validation Le dossier constitué par les candidats est transmis au jury de certification qui analyse le travail produit : – soit le travail produit est suffisant et le jury délibère que la certification peut être attribuée avec un PV rendant compte des compétences acquises dans le cadre de la certification, – soit le jury reçoit le candidat dans le cadre d’un entretien individuel, afin d’approfondir ou vérifier certains point liés à ses expériences et ses compétences. En cas de validation partielle, le jury indique au candidat la nature des compétences et des connaissances jugées non maîtrisées. Il lui donne également des orientations sur les actions qu’il peut mettre en œuvre afin d’obtenir la validation d’une compétence non acquise à ce jour, via la réalisation d’expériences complémentaires ou le suivi d’une formation. Le candidat garde toutefois le bénéfice de la validation partielle des acquis pendant 5 ans.

Liens utiles : www.vae.gouv.fr Contact : Département VAE – Frédérique Kaufmann